À votre service au 09 67 79 22 21 ou au 06 03 04 90 93 ASD Protect : un conseil, une intervention ou un devis

Cafard, blatte, cancrelat… ces trois noms définissent une seule et même espèce d'insecte. Incommodant pour l’Homme, le cafard est facilement reconnaissable : il a un corps plat et une paire d'ailes. Cependant, d’un type de blatte à l’autre, leur taille, leur forme et leur couleur varient. C’est un insecte particulièrement résistant aux insecticides qui a une action néfaste sur votre cadre de vie. Transmission de maladies, dégâts alimentaires, résistance accrue aux produits, prolifération affolante… en cas d’infestation, mieux vaut réagir le plus rapidement possible en faisant appel aux services d’une entreprise experte en désinfection.

ASD Protect, spécialiste du traitement des cafards à Paris et en Île-de-France, revient sur le mode de vie des cafards et sur les principaux traitements professionnels.

Cafards dans ma maison : les principaux signes de leur présence

Il y a plusieurs façons de constater la présence de cafards dans votre maison ou appartement. Le scénario le plus classique est de croiser un cafard adulte dans votre cuisine à la recherche de nourriture. Mais cela peut être aussi la découverte de traces d’excréments ou d'une poche d'œufs (une oothèque). Le plus souvent, découvrir quelques individus signifie que l’invasion est déjà bien présente. Ce sont des insectes dotés d’un instinct grégaire qui ressentent le besoin de se rassembler et de vivre en colonie.

Concernant la durée de vie d’un cafard, elle est d’environ 16 mois. Il passe par plusieurs stades d’évolution : l’œuf, la larve (nymphe ou bébé cafard), l’imago puis le stade adulte. Une blatte femelle peut être fécondée 10 à 30 fois au cours de sa vie et peut pondre 5 à 30 oothèques selon l’espèce. Ceci explique la vitesse à laquelle une infestation de cafards se propage dans votre logement.

Pour survivre, les cafards ont besoin d’eau et de nourriture. Ils sont attirés par les fortes odeurs comme les détritus, les aliments des animaux de compagnie, les oignons et ont une forte appétence pour le sucre. Cependant, ils peuvent se contenter de n’importe quel aliment et quelques miettes jonchées sur le sol ou le plan de travail suffisent à les nourrir. Les blattes sont le plus souvent présentes dans les pièces d’eau (WC, salle de bain, salle d’eau) et les cuisines, puisqu’elles sont à la recherche d’humidité, de chaleur et de nourriture.

Si vous cherchez des différences entre les blattes et les cafards, sachez qu’il n’y en a aucune. On parle bien d’une même catégorie d’insecte, bien qu’elle rassemble des milliers d’espèces.

La saviez-vous ? Il existe plus de 6 000 espèces de blattes à travers le monde, mais moins d’1% interagissent avec les Hommes. En France, seules 4 sortes de cafards vivent dans vos logements : les blattes germaniques, américaines, à rayures et orientales. On compte également une quinzaine d'espèces dans la nature.

Les différentes espèces de cafards

Les blattes et les termites appartiennent à l'ordre des blattoptères (Blattodea). Les 4 espèces de cafards sont courantes à Paris et en Île-de-France :

La blatte orientale

La Blatte orientale (Blatta orientalis) mesure entre 20 et 25 mm. Son corps est de couleur brun (voire noir) et ses ailes sont plus développées chez les mâles puisqu’elles recouvrent la moitié de leur abdomen. Les nymphes sont très sombres et ressemblent aux blattes adultes, hormis leur plus petite taille et leur absence d’ailes.

Moins fréquente que la blatte germanique, on la retrouve cependant dans les mêmes lieux. À savoir les bâtiments, les zones humides, les sous-sols ou encore les maisons.

Blatte Germanique

La Blatte germanique (Blattella germanica) est de couleur marron clair, c'est la plus commune dans les habitations. À l’instar des autres espèces, ce cafard suit l'Homme dans ses déplacements. Il est transporté dans les marchandises, les cageots ou encore les bagages. Elle est plutôt petite (10 à 12 mm) et les adultes ont des ailes qui ne leur servent qu'à planer lorsqu'ils sautent d'une certaine hauteur. Comme toutes les blattes, la femelle place ses œufs dans une sorte de capsule qu’on appelle une oothèque. Chaque femelle fabriquera successivement quatre oothèques qui resteront accrochées à la femelle pendant plus de 20 jours.

Bon à savoir : bien que certaines espèces sont pourvues d’ailes, les vols de cafards se font rares. En effet, ce sont surtout les professionnels de la cachette ! Ils préfèrent fuir dès la présence de lumière ou de personnes.

La blatte à rayures

La blatte à bandes brunes (Supella longipalpa) mesure entre 10 et 12 mm, on la reconnaît facilement par ses rayures jaunes et marrons qui traversent l’abdomen. Elle peut vivre dans les endroits chauds et secs (plafonds, greniers) comme dans les appareils qui produisent de la chaleur (radio, télé, moteurs, etc.).

La blatte américaine

La blatte américaine (Periplaneta americana) est la plus grande espèce de cafard (25 à 32 mm), mais aussi la moins répandue. Les mâles et les femelles sont dotées de grandes ailes et sont capables de voler. Elle vit dans les endroits chauds et humides (serres, égouts...) et préfère se faufiler sous les planchers des maisons.

On la nomme également « parasite du palmier » car cette espèce aime vivre dans les arbres.

Comment les cafards arrivent-ils dans ma maison ?

Lorsque l'on se retrouve en situation d’invasion on se demande naturellement la raison de leur présence. Trois cas peuvent expliquer l’infestation :

  • Les cafards peuvent venir de l'extérieur. On parle notamment des blattes de jardin qui peuvent s’inviter dans votre maison. Il est alors nécessaire de traiter votre extérieur en plus de votre logement pour exterminer les blattes de jardin (ramasser les bois morts, remplacer le paillis, éviter les zones d’humidité, etc.).
  • L’invasion peut venir d’un logement voisin. Un dégât des eaux dans l’appartement proche du vôtre peut suffire à développer toute une colonie de cafards. Les individus passent par les fissures des murs ou encore les canalisations pour atteindre votre logement. En cas d’infestation de cafards dans un appartement, il est nécessaire de traiter l’ensemble de l’immeuble pour venir à bout de l’invasion.
  • Enfin, il est possible d’en amener chez soi par inadvertance. Ces insectes voyagent facilement et s’adaptent à tous les environnements.

Leur corps plat, lisse et de petite taille leur permette d’emprunter la porte, de passer par les fenêtres et les fissures. Il n'est donc pas difficile pour eux d'entrer dans votre maison, votre commerce ou appartement.

Pour aller plus loin : Comment se débarrasser des cafards ?.

Invasion de cafards : quels risques pour la santé ?

Les blattes ou les cafards déclenchent des allergies chez les personnes sensibles. De plus, des chercheurs ont pu prouver qu’ils sont responsables de l’asthme chez certains individus. Mais au-delà de ces risques, ils peuvent transmettre des maladies plus dangereuses pour l’Homme : la tuberculose, la fièvre typhoïde, la poliomyélite, la gastro-entérite, le virus E.Coli, etc. Ces germes naturellement présents dans leur organisme se développent et transmettent les bactéries par voie fécale. C’est pourquoi en cas de doute, mieux vaut jeter les aliments proches des traces de cafards.

Face à toutes ces maladies alimentaires, il est conseillé d’agir rapidement pour exterminer les individus. Quelques gestes vont vous permettre de limiter l’invasion, mais seuls des traitements anti cafards appliqués par des professionnels vont vous permettre de vous débarrasser définitivement de l’infestation. C’est un processus long et laborieux qui nécessite l’usage de produits professionnels.

Le conseil de l’expert : pour réduire la population de blattes dans votre intérieur, quelques mesures d’hygiène sont recommandées. Vous pouvez commencer par placer vos aliments dans des boîtes hermétiques, car les emballages classiques n’arrêtent pas les cafards. Ne laissez traîner aucun aliment ni de vaisselle sale à l’extérieur et veillez à ce qu’aucune miette ne soit oubliée. Il est également fortement conseillé de changer vos poubelles chaque jour et de vérifier que le sac est bien scellé. Mieux vaut passer régulièrement l’aspirateur pour aspirer les œufs et les particules de nourriture. Enfin, dès lors que vous constatez une trace d’eau, essuyez-là immédiatement.

Comment lutter contre les cafards à Paris ?

Les méthodes de désinfection de cafards à Paris sont variées, d’une entreprise à l’autre, l’exterminateur ne préconisera pas forcément le même traitement. Pulvérisation, fumigation, appâts, méthodes de piégeage… la technique la plus efficace reste le traitement de choc comme la nébulisation en complément du gel. C’est le cas des techniciens ASD Protect qui appliquent un puissant insecticide grâce à une soufflerie qui disperse le produit sous forme de microgouttelettes. Pour obtenir un excellent résultat, il est préférable de traiter l’ensemble du logement.

Dans un second temps, pour protéger votre appartement durablement, un appât sous forme de gel est disposé aux endroits les plus stratégiques de votre logement. Les cafards, attirés par l’odeur du gel, mangent l’appât et meurent sous l'effet de l’insecticide. Ils sont ensuite dévorés par leurs congénères qui s'empoisonnent mutuellement. Une réaction en chaîne imparable ! La rémanence du gel lui permet quant à lui de rester actif 3 à 6 mois pour une action plus efficace.

Pour répondre aux besoins des entreprises et des immeubles en copropriété, des entreprises comme ASD Protect proposent des contrats annuels. Les techniciens effectuent plusieurs passages dans l’année et réagissent plus rapidement en cas de réapparition des cafards.

À titre d’exemple, une désinfection par gel réalisée 4 fois par an permet de décimer la population de blattes d'un immeuble entier. À intervalle moins régulier, 2 ou 3 fois par an, il permet de limiter le développement de la colonie ou de l'exterminer dans un délai plus important.

Pourquoi faire appel à une société pour éliminer les cafards en Ile-De-France ?

Lorsque l'on découvre la présence de blattes ou de cafards dans son habitat, le premier reflex est de se rendre dans une grande surface pour acheter des pièges, des gels et des insecticides. Seulement, les produits accessibles au grand public ne sont pas assez efficaces pour venir à bout de l’invasion.

La première raison est que ces substances chimiques doivent être maniées avec précaution, il est normal que seul un professionnel formé puisse y avoir accès.

La seconde raison est que ces nuisibles montrent une résistance impressionnante face aux poisons. C’est ce que de nombreux chercheurs ont constaté au travers de leurs études sur le comportement des blattes. Les cafards développent même des résistances alors qu’ils n’ont jamais été en contact avec le poison.

Il est préférable de faire appel à une entreprise de désinfection spécialisée dans l’éradication des cafards qui intervient en Île-de-France. Seul un exterminateur saura vous apporter la meilleure solution de désinfection. ASD Protect intervient à Paris et en région IDF avec discrétion et rapidité. N’hésitez pas à demander conseil à nos spécialistes.

Partager cet article :

Nos pôles techniques