À votre service au 09 67 79 22 21 ou au 06 03 04 90 93 ASD Protect : un conseil, une intervention ou un devis

Partout, ils sont partout. Les acariens, ces petits êtres souvent invisibles à l’œil nu, logent paisiblement à vos côtés par milliers, sans que vous ne les aperceviez jamais : dans votre maison, votre jardin, vos tapis, rideaux, peluches ou encore literie. Pourtant, ils ne sont pas toujours inoffensifs. Piqûre d’acarien, allergie, asthme, gale, maladie de Lyme, nous levons le voile sur ces minuscules arachnides qui ne cessent de faire parler d’elles.

Comment reconnaître une piqûre d’acarien ?

Si l’on évoque souvent les « piqûres d’acariens », l’expression n’est pourtant pas tout à fait juste. Quand bon nombre d’acariens ne piquent pas, d’autres mordent ou ont une activité sur la peau qui provoque des démangeaisons sans qu’ils nous aient piqués pour autant. S’il existe des dizaines de milliers d’espèces, nous ne retiendrons que ceux qui nous concernent directement. Vous êtes un peu perdu ? Nous allons vous aider à comprendre et faire la différence avec une punaise de lit.

Pour en savoir plus et reconnaître les punaises de lit et en prévenir l’infestation

L’acarien, un parasite aux multiples facettes

Lorsque l’on parle d’acarien, il s’agit souvent des acariens de la poussière que l’on trouve dans les maisons. Mais savez-vous que les tiques, les aoûtats et les sarcoptes scabiei, responsables de la gale, sont également des acariens ? Proche cousin des araignées, cet être minuscule compte plusieurs dizaines de milliers d’espèces dont les tailles varient d’environ 500 micromètres à 2 cm. La majorité d’entre eux n’est donc pas visible à l’œil nu. Si certains peuvent piquer, la simple présence des autres dans votre matelas peut engendrer bien d’autres problèmes.

L’acarien de la poussière de maison : allergie quand tu nous tiens

Vous ne le voyez pas, il est pourtant bien là. L’acarien de la poussière se loge partout dans la maison. Oreillers, couettes, matelas, canapés, tapis, peluches, il aime les endroits chauds et douillets. S’il n’est pas responsable de piqûres ou de démangeaisons, dans le cas d’allergies et d’asthme, l’acarien de la poussière est en revanche bien coupable. Mais c’est bien malgré lui, car si vous êtes allergique, c’est essentiellement à cause de ses déjections. Leur inhalation provoque en effet des difficultés respiratoires, plus ou moins importantes selon les personnes.

Piqûre de tique : de la morsure anodine aux complications

Sans doute l’un des plus redoutés et redoutables des acariens, la tique ne s’en prend pas qu’à vos animaux de compagnie. Elle est aujourd’hui de plus en plus connue pour être responsable de la maladie de Lyme. C’est en régurgitant que la tique transmet à l’homme une bactérie appelée la Borrelia Burgdorferi. Il est donc important de porter des vêtements bien couvrants lors de vos sorties en forêt et de vous inspecter minutieusement à votre retour.

Les aoûtats : minuscules et sans scrupules

Comme son nom ne l’indique pas, les aoûtats ne piquent pas seulement durant le mois d’août, mais presque pendant tout l’été. Après avoir trouvé un hôte parmi humains et animaux sauvages ou domestiques, ces larves minuscules les piquent sans aucune distinction. Les boutons, qui apparaissent quelques heures après la piqûre, se situent généralement dans les plis de peau et provoquent des démangeaisons désagréables et persistantes. Mais cette petite bête ne mange pas la grosse. Vous ne courrez donc aucun risque.

La gale : une maladie infectieuse provoquée par des acariens

Si vous n’avez sans doute jamais entendu parler du sarcopte, la gale elle, ne vous est pas inconnue. Cette affection cutanée est provoquée par l’acarien parasite femelle qui creuse des galeries dans la couche supérieure de la peau pour y nicher et y pondre ses œufs. Elle engendre alors des démangeaisons, plus intenses la nuit, ainsi que des lésions cutanées. Très contagieuse, la maladie peut toucher tout le monde et n’est pas une affaire d’hygiène.

Comment soigner morsure et piqûre d’acarien ?

Tout dépend du type de piqûre et de la réaction de votre corps à celle-ci. Dans le cas d’une morsure de tique :

  • Désinfecter la peau après avoir méticuleusement ôté l’acarien à l’aide d’un tire tique.
  • Surveillez l’apparition d’un cercle rouge migrant autour de la morsure ou de symptômes inhabituels dans les semaines qui suivent.

Pour ce qui est des piqûres d’aoûtats :

  • Comme pour une piqûre d’insecte, vous pouvez appliquer une pommade à la cortisone pour soulager les démangeaisons.
  • Si celles-ci persistent, le médecin généraliste pourra vous prescrire un antihistaminique à prendre par voie orale.

Dans le cas de la gale, seul un traitement antiparasitaire local ou oral pourra en venir à bout.En cas de doute ou de persistance des symptômes, consultez votre médecin.

L’allergie aux acariens : symptômes et traitement

Vous avez le nez qui coule, vous toussez et avez des difficultés à respirer. Et si ce n’était pas un simple rhume ? L’allergie aux acariens concernerait en effet 60 % des allergies respiratoires de type asthme ou rhinite et pourrait se confondre avec un simple rhume. Elle se manifeste généralement à l’automne et au printemps lorsqu’il fait doux et humide. Les logements étant moins aérés qu’en été, les débris et excréments des acariens de la poussière de maison sont alors plus susceptibles d’irriter les voies respiratoires.Comment savoir si vous êtes allergique, alors ?

Quels sont les symptômes et manifestations de l’allergie aux acariens ?

Les symptômes de l’allergie aux acariens surviennent notamment la nuit ou le matin au réveil et sont généralement assez désagréables : nez bouché, nez qui coule, toux ou éternuements, démangeaisons des yeux, larmoiements, maux de tête ou de gorge. Chez les personnes les plus sensibles, l’allergie peut même déclencher des difficultés à respirer, avec une oppression dans la poitrine et des sifflements lors de la respiration, voire des crises d’asthme.

Comment soigner l’allergie aux acariens ?

Pour traiter l’allergie aux acariens, l’allergologue, médecin spécialiste des allergies, établit d’abord un diagnostic par divers tests. Il peut alors décider du traitement à adopter. Dans certains cas, la prescription d’un antihistaminique suffit à soulager les symptômes. Dans d’autres cas, une désensibilisation sur environ 3 années est nécessaire. Elle peut se faire par injections régulières ou par voie orale sous forme de gouttes sublinguales à prendre chaque jour. Dans tous les cas, c’est à votre allergologue d’en décider.
Comment lutter contre les acariens ?
Il est difficile de vous en débarrasser totalement, mais vous pouvez en restreindre significativement le nombre. Cela est essentiel si une personne du foyer y est allergique. Pour cela, il vous faut :

  • Passer fréquemment l’aspirateur sur les tapis, rideaux, matelas et autres canapés.
  • Aérer si possible chaque jour, été comme hiver.
  • Laver régulièrement vos draps, couettes et oreillers à 60°
  • Maintenir une température inférieure à 20° dans votre chambre.
  • Préférer le carrelage ou le parquet à la moquette et aux tapis.
  • Bien qu’ils soient attendrissants, réduire au mieux le nombre de peluches qui séduisent également nos petits amis à huit pattes.
  • Vaporisez des produits acaricides partout où les petits sournois pourraient se loger.

Piqûre d’acarien ou punaise de lit : comment les différencier ?

Vous êtes couvert de boutons au réveil et ne savez s’il s’agit de piqûres de punaises de lit ou d’acariens ? Dans de rares cas, une dermatite peut être déclenchée au contact d’une grande quantité de ces petites bêtes. Toutefois, de manière générale, s’ils chérissent tous deux votre literie, les punaises (qui sont des insectes et non des acariens) se nourrissent essentiellement de votre sang, quand les acariens aiment exclusivement vos squames (débris de peau). Les coupables ont donc toutes les chances d’être les punaises. Nous l’avons d’ailleurs déjà évoqué : les acariens de la poussière de maison ne piquent pas.

Les acariens, des petites bêtes finalement très génantes

Aussi minuscules soient-ils, les acariens ne sont donc pas toujours inoffensifs. Et c’est souvent malgré eux ! Heureusement, un minimum de précautions peut être pris afin d’éviter un maximum d’ennuis. Dans tous les cas, des traitements acaricides existent et peuvent vous soulager considérablement.

Partager cet article :

Nos pôles techniques